MPP_COUV1

Moi, Peter Pan – Michael Roch

Le peuple de Mu
136 pages

Résumé du livre

( 4ème de couverture )
« – Tu pleures ?
Les montagnes sont bleues derrière ses yeux. Une couleur de pluie passée qui regarde, une fois au sol, le souvenir amer de son nuage.
– Peter, répète-t-elle, tu pleures ? »
Offrant une nouvelle vision du personnage, complémentaire et à la fois détachée de celle imaginée par James M. Barry, Michael Roch revisite le mythe du garçon qui ne veut pas grandir.
Moi, Peter Pan est un roman contemplatif, onirique et d’une poésie saisissante à lire en empruntant le chemin vers la deuxième étoile à droite avant de filer tout droit jusqu’au matin…

Mon avis

J’aime les prises de risques. Et ce roman en est une. S’attaquer à ce monument de la littérature jeunesse qu’est devenu Peter Pan n’est pas une entreprise facile pour un jeune auteur. L’un des premiers écueils possibles est la transgression de l’essence de l’œuvre originelle. Non seulement Michael Roch évite cet impair en nous replongeant dans ce fantastique Pays Imaginaire ( et son univers étendu, avec Hook, le film). Mais il parvient également  à donner une nouvelle perspective tout en délicatesse et en nuance.

Nous allons suivre Peter Pan, plus âgé ( 18 ans ? ), à travers une succession de rencontres. Vous serez heureux de retrouver les enfants perdus, la fée clochette, Crochet, Lili la tigresse, les sirènes… Ces aventures nous sont contées telles des nouvelles. Ici pas de récit d’une grande aventure avec un début, une intrigue et un dénouement. Nous sommes davantage face à un patchwork de scènes où le héros est tiraillé par ses doutes, ses peurs. Mais chapitre après chapitre, ce qui paraissait comme décousu prend forme. Une forme abstraite et poétique, dans cet univers onirique!

Autre prise de risque de l’auteur : Le style « littéraire » et métaphorique qui renforce l’ambiance onirique. J’ai eu de très beaux moments pendant cette lecture notamment car la plume est délicate, et sans doute aussi car j’ai apprécié la présence de personnages nuancés et matures. Je dois être cependant honnête. Certains passages m’ont laissés comme hébété. Une sensation d’avoir lu une jolie phrase ou paragraphe sans en avoir pleinement saisi le sens…

Ce Peter Pan, c’est aussi le notre. Chacun aura ses propres moments forts à la lecture du livre en fonction de son vécu, de ses expériences et de ses plaies intérieures. C’est le genre d’ouvrage qu’on ne lira pas de la même manière à 15 ans qu’à 30, 40, 50 ans… J’ai particulièrement apprécié le passage avec le crabe et ce qu’il cherche à nous dire…

Moi, Peter Pan n’est pas un roman parfait. Par son foisonnement, ses questionnements et ses métaphores ou encore son style d’écriture, ce roman peut paraitre confus par moment. Mais comme le héros qu’il met en scène,  c’est un roman vivant, touchant et plein de sensibilité.

Je vous le recommande. Si vous aimez Peter Pan original pour les idées qu’il fait émerger, vous devriez apprécier cette version plus mature. Un roman qui touche à l’âme n’est pas si courant. Et puis c’est « Peter Pan, bordel »!

Ma note : 4 Stars

Share Button