Sans nouvelles de Gurb d’Eduardo Mendoza

34587691[1]J’ai un petit challenge depuis plus d’un an : partir à la découverte des auteurs marquants de culture hispanique.
J’ai dans ma pile à lire ( PAL ) des auteurs comme Gabriel García Márquez, Julio Cortázar, Carlos Ruiz Zafon…

J’ai commencé par un roman décalé. Et c’est le moins que l’on puisse dire !

4ème de couverture
Deux extraterrestres débarquent pour une mission d’étude. Le lieu : la terre. Sujet : les hommes. L’auteur de ce journal a la responsabilité de cette mission. Croyant bien faire, il envoie son subalterne Gurb au contact de la zone et de la « faune autochtone », métamorphosé pour l’occasion en une forme qu’il imagine totalement passe-partout : Madonna. Il ne lui faudra pas plus de 20 heures pour qu’il disparaisse et que, sans nouvelles de lui, le narrateur se voit contraint de partir à sa recherche et à la découverte de Barcelone et des habitudes terrestres. Notre héros se retrouve alors à son insu au centre d’aventures pour le moins désopilantes…

Sur la forme, l’auteur utilise un procédé un peu particulier puisqu’il s’agit d’un journal narré quasiment heure par heure. J’avoue qu’au début cela n’a pas été forcément si simple que cela pour rentrer dans le roman. Toujours sur la forme, le langage employé est accessible sans être simpliste.

Le rythme est plutôt bon surtout lorsqu’on se rapproche des pages de la fin. Certaines répétitions sont par contre de trop car trop répétées justement. On finit par les passer car on comprend bien ce que l’auteur veut nous dire.eduardo_mendoza_grande[1]

Sur le fond en revanche, il y a du bon et du moins bon. L’auteur utilise l’absurde pour amener des éléments de réflexion sur notre société contemporaine. Et c’est probablement là où j’ai été largué. J’ai habituellement un peu de mal avec l’absurde et je n’y ai pas échappé pour ce livre. Contrairement à d’autres, je n’ai jamais eu de sourires à la lecture de ces pages. J’ai même eu du mal à entrer dans cette histoire que j’ai trouvé par moment presque grotesque.

Impossible de ne pas voir les sujets dénoncés par l’auteur, mais j’ai eu le sentiment qu’il ouvrait de grandes portes ouvertes. J’en attendais probablement davantage au vue des critiques.

La fin du roman est aussi prévisible et ne risque pas de vous surprendre si vous suivez le file conducteur de l’auteur.

Avec tous ces éléments négatifs, je n’ai pourtant pas abandonné ce livre. L’auteur a le mérite de savoir écrire une histoire qui se tient. Et on apprécie de pouvoir trouver un sens à cette histoire qui de prime abord semble absurde.

D’autres éléments viennent nous divertir tout au long de cette aventure. Notamment, l’inversion des rôles sociaux entre les deux protagonistes principaux de ce livre et certaines rencontres bienvenues avec notre extra-terrestre.

Je ne recommanderai donc pas ce roman  à moins d’être amateur de l’absurde ! Je n’ai peut être pas choisi le bon ouvrage pour découvrir cet auteur. Ma note : 2.5 Stars

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *